Acces nonvoyant, recommandé pour les personnes utilisant une synthèse vocale
Accueil

Accueil > Actualités > Réunion publique Eglise et Justice

31 mai 2016

Réunion publique Eglise et Justice

Lundi 30 Mai 2016

 

 

Réunion publique Eglise et Justice

 

 

Une réunion publique organisée par le Procureur Général des pays de Savoie, Jacques DALLEST sur le thème de la pédophilie a eu lieu lundi 30 mai 2016 à 17h30 à la salle Séquoia à Chambéry. Cette rencontre ouverte au public, animée par le Procureur Général, Jacques DALLEST, le Procureur de Chambéry, Thierry DRAN, le Procureur d'Albertville, Jean-Pascal VIOLET et Monseigneur BALLOT, l'Archevèque de Chambéry, a rassemblé une quarantaine de personnes et a permis au monde de la justice et au milieu de l'Eglise de se rencontrer et d'évoquer ensemble le traitement des affaires pénales et notamment le délicat sujet de la pédophilie.

 

Cette rencontre publique constitue une première en France. Elle est l’aboutissement d’une réflexion commune sur le fonctionnement à mettre en œuvre lorsqu’il y a soupçon de faits délictueux, signalement ou plainte.

 

Les Procureurs de Chambéry et d'Albertville ont commencé cette réunion en présentant au public la procédure judiciaire en cas d'agressions sexuelles ou de viols. Ils ont insisté sur le fait que le dépôt de plainte d'une victime potentielle n'est pas nécessaire pour engager les poursuites mais que les auditions précises sont primordiales pour l'enquête. Les enfants sont entendus par des spécialistes formés spécialement pour recueillir la parole de l'enfant et les auditions sont filmées. Ils ont également rappelé que le délai de prescription est de vingt ans après la majorité de la victime.

 

Monseigneur BALLOT a ensuite présenté le code de droit canonique. Des sanctions existent aussi en droit canonique mais elles ne doivent pas entraver l'action de la justice. L'évêque peut prendre des mesures conservatoires pour restreindre le ministère d'un prêtre en attendant le jugement. Si l'évèque a connaissance de faits répréhensibles, à moins que ce ne soit dans le cadre de la confession, il saisira directement le procureur. La justice doit être la première a recueillir la parole de la victime. La confession est le seul cas où le droit au secret est absolu. Toutefois l'évêque va encourager la personne à se dénoncer. Si elle veut obtenir le pardon de l'Église, elle doit préalablement aller se dénoncer à la justice.

 

Le public, intéressé par cette rencontre entre les procureurs et l'évêque, a posé de nombreuses questions.

 

Le Procureur Général a rappelé que « déposer plainte, c'est être citoyen, c'est aider les autres et éviter qu'il y ait d'autres victimes ». Les actes de pédophilie sont des faits clandestins, souterrains qui agissent comme une « bombe à retardement » et il est capital d'y mettre un terme le plus tôt possible.

pied de page